Concepteur Bâtiment Passif

Qu’est-ce qu’un bâtiment passif ?

interieure maison passive

Un bâtiment passif (ou Passivhaus) est un bâtiment qui consomme très peu d’énergie de sorte qu’il est possible de faire l’économie d’une solution de chauffage traditionnelle. 

Le besoin en énergie primaire  pour le rafraichissement d’une part et pour le chauffage d’autre part, ne dépasse pas 15kWh/m² par an. Ce qui est plus de 10 fois moins que les bâtiments existants en France.

Au global la totalité des besoins énergétiques (incluant le chauffage, le refroidissement, la ventilation, les auxiliaires, la production d’eau chaude sanitaire, l’éclairage et les appareils électroménagers) ne doit pas dépasser 120 kWh/m² par an.

 

 

 

Un bâtiment passif n’est pas nécessairement un bâtiment sans chauffage :

Bien que ce soit possible !
En effet, la combinaison des apports solaires et de la chaleur dégagée par les occupants et les équipements électriques doit permettre de compensées les déperditions énergétiques du bâtiment et donc de maintenir des températures agréables. D’où l’appellation « passif ».

Cependant, par mesure de sécurité (crainte d’avoir froid) ou parce que les apports gratuits sont insuffisants, un appoint de chauffage peut être prévu. Il se fait directement sur l’air véhiculé par la VMC.

Bâtiments passifs et bâtiments basse consommation (BBC)

 Bâtiments neufs :

Principales différences
BBC = RT2012
Passif
Remarques
Contrainte spécifique sur le besoin du chauffage
non
oui 15kWh/m².an
Le faible besoin de chauffage fixé par le Passif permet de se passer d’une solution de chauffage traditionnelle plus coûteuse.
Des objectifs différents selon le climat
oui
non
La RT 2012 fixe des objectifs qui diffèrent selon l’altitude et la région.
Traitement spécifique du confort estival
un peu
oui

L’une des nouveautés introduite par la RT2012 réside dans l’exigence d’efficacité énergétique du bâti au travers du coefficient Bbiomax (besoin bioclimatique). Cette exigence impose une limitation simultanée du besoin en énergie pour les composantes liées à la conception du bâti (chauffage, éclairage et refroidissement)
Le passif va au-delà en fixant à 15kWh/m2.an le besoin de rafraichissement. Il impose des calculs spécifiques pour prendre en compte l’influence du sol sur les éléments de construction et l’absorption du rayonnement solaire par les surfaces opaques. Des simulations spécifiques doivent également porter sur les solutions de ventilation en place l’été.

Prise en compte de la totalité des besoins énergétiques
non
oui
La RT 2012 exclu les consommations induites par l’électroménager. En revanche, elle fixe un niveau de consommation global plus exigent que le passif.
Niveau d’exigence global (en régions « chaude »)
40kWh/m².an
120kWh/m².an
Enfin les méthodes de calculs différent, de sorte qu’il puisse apparaître que les outils de calcul du Passivhaus Institut (PHI) sont plus complets et produisent des résultats plus proches de la réalité que ceux qui doivent être utilisés pour le BBC. En outre les outils PHI sont plus lisibles et plus aisés à utiliser.

Remarque : de même que pour la RT 2012, la certification Passivhaus implique une contrainte sur l’étanchéité à l’air du bâtiment. Le test de mesure d’imperméabilité à l’air ne doit pas dépasser 0.6 Vol/h sous 50 Pa ce qui correspond à 0.03 Vol/h en condition normale – en comparaison, l’exigence de la RT 2012 est 4 à 5 fois plus faible.

Bâtiments réhabilités

Principales différences
BBC rénovation
Passif EnerPHIt
Remarques
Contrainte spécifique sur le besoin du chauffage
non

oui
QH < 25kWh/m2.an

Le faible besoin de chauffage fixé par le passif permet de réduire la puissance du système de chauffage.
Des objectifs différents selon le climat
oui
non
BBC rénovation fixe des objectifs qui diffèrent selon l’altitude et la région.
Traitement spécifique du confort estival
non
oui
Le passif fixe à 10% la fréquence limite au-dessus de 25°C. Il impose des calculs spécifiques pour prendre en compte l’influence du sol sur les éléments de construction et l’absorption du rayonnement solaire par les surfaces opaques. Des simulations spécifiques doivent également porter sur les solutions de ventilation en place l’été.
Prise en compte de la totalité des besoins énergétiques
non
oui
BBC rénovation exclu les consommations induites par l’électroménager. En revanche, elle fixe un niveau de consommation global plus exigent que le passif.
Niveau d’exigence global (en régions « chaude »)
64kWh/m².an

< 120+((QH-15*1,2)

Remarque : en réhabilitation aussi, la certification Passivhaus implique une contrainte sur l’étanchéité à l’aire du bâtiment. Le test de mesure d’imperméabilité à l’air ne doit satisfaire n50 ≤ 1,0 volumes/h (valeur cible : n50 ≤ 0,6 volumes/h).

Un projet de bâtiment passif est-il pertinent en Provence ou sur la Côte d’Azur ?

maison passive en provence
  • Du fait qu’il fasse moins froid, il est d’autant plus facile d’atteindre les performances Passives ;
  • Le fait de ne pas avoir à investir dans une solution de chauffage traditionnel est doublement appréciable ;
  • Une bonne isolation et une bonne étanchéité à l’air ne permettent pas uniquement de lutter contre le froid, mais également contre le chaud ;
  • La démarche de conception passive impose une prise en compte très poussée des problématique de confort d’été afin de créer un confort de vie très supérieure au constructions classiques tout au long de l’année.
  • La démarche passive s’adapte à tous les styles d’architecture et tous les modes de vie. Le fait de passer une grande partie de l’année les fenêtres ouvertes n’y est pas incompatible.
  • Lorsque les conditions climatiques sont aux extrêmes (froid, chaleur, humidité, pollution atmosphérique), le bâtiment passsif peut rester hermétiquement fermée tout en maintenant un confort hygro-thermique et une qualité d’air ambiant idéale.
maison passive en côte d'azur

Comment obtenir ce niveau de performance

niveau de performance

Le plus important est la qualité de la conception qui est faite en amont. Le choix des entreprises et le contrôle de la qualité de l’exécution sont également des points d’importance majeurs.

 

 

Quelles sont les problématiques à traiter pour atteindre les performances thermiques d’un bâtiment passif ?

répartition moyenne des déperditions dans une maison individuelle neuve

Sources : Direction de l’Urbanisme de l’Habitat et de la Construction

1. Une isolation adaptée et sans discontinuités :

isolation adaptée

  • Les discontinuités de l’isolation ou ponts thermiques sont à proscrire.
  • La performance des fenêtres est également très importante.
  • Le niveau d’isolation des parois opaques (murs, plancher bas, toiture) doit être calculé de façon à être optimisé, en fonction du besoin réel, pour atteindre l’objectif.

 

 

besoin réel

Le besoin réel est influencé par :

  • Le climat local voir le micro-climat du site ;
  • Les apports solaires gratuits : ils dépendent de l’orientation du bâtiment, de la position et de la taille des fenêtres et des masques solaires extérieurs.
  • Les spécificités architecturales : la complexité des formes et la surface et orientation des fenêtres (même très performantes elles sont loin de pouvoir atteindre les performances thermiques d’un mur plein)

2. Une bonne étanchéité à l’air :

Entant dans le cadre d’un bâtiment à très haute performance énergétique les pertes induites par des fuites d’air au niveau des raccordements des murs, des caissons de volets roulants, des châssis de fenêtres, des percements faits pour les réseaux et les gaines (électriques, ventilation)… deviennent significatives. Il s’agit donc de porter un soin particulier à ces points singuliers.

3. Une ventilation contrôlée performante :

4. Un traitement spécifique et poussé du confort d’été :

Le contexte climatique méditerranéen implique de porter une attention toute particulière au confort estival afin d’éviter de devoir mettre en place un système de rafraichissement actif qui serait consommateur d’énergie.
Il s’agit de concevoir un contrôle solaire très efficace, une gestion de l’inertie du bâtiment en cohérence avec une stratégie de ventilation estivale la moins couteuse et la moins contraignante possible pour l’utilisateur.

5. Utilisation d’énergies renouvelables :

energies renouvelablesL’utilisation des sources d’énergie conventionnelles telles que l’électricité ou les énergies fossiles est pénalisée par leur coût équivalent en énergie primaire, alors que c’est l’inverse pour les énergies renouvelables.
Il s’agit donc de concevoir des solutions pour le chauffage, le rafraîchissement et l’eau chaude Sanitaire qui font le plus possible appel à des énergies renouvelables (géothermie et solaire notamment).

 

6. Limiter la consommation d’électricité pour l’éclairage :

Ce en favorisant l’éclairage naturel et en envisageant des lampes à basse consommation.

consommation d'électricité

 

Sur qui s’appuyer pour mener à bien son projet de bâtiment passif ?

projet de construction

Concept BIO n’est pas une entreprise de construction.
Concept BIO regroupe des architectes et des ingénieurs spécialisés qui accompagnent leurs clients en toute indépendance. Ce, de l’étude de faisabilité à la réception de l’usage, en passant par le choix et le suivi des entreprises qui exécuteront le projet.
CONCEPT BIO est certifié concepteur de bâtiments passifs par la Maison Passive France, seul organisme Français pouvant délivrer la certification Passivhaus, et nous en sommes un membre engagé.